Ecoutez… j’ai eu une journée d’enfer et la dernière chose dont j’ai envie de parler c’est de la façon d’affronter l’existence

13/12/2009

 


Madame de Volanges à madame de Rosemonde

Enfin, ce ne fut qu'à deux heures passées, que je reçus à la fois une lettre de ma fille et une de la Supérieure du couvent de ***. La lettre de ma fille disait seulement qu'elle avait craint que je ne m'opposasse à la vocation qu'elle avait de se faire religieuse, et qu'elle n'avait osé m'en parler; le reste n'était que des excuses sur ce qu'elle avait pris, sans ma permission, ce parti, que je ne désapprouverais sûrement pas, ajoutait-elle, si je connaissais ses motifs, que pourtant elle me priait de ne pas lui demander.

Anne Sylvestre - La nonne par contrainte

Libellés : ,